HUMEUR

LE DON DU SANG (cékoi)

J’avais bien envie de vous parler aujourd’hui d’un truc qui me tient à cœur et que j’aimerais avoir le courage de faire plus souvent. C’est quelque chose qui prend pas beaucoup de temps, pas des masses d’efforts et qui pourtant peut faire énormément de bien.

Il s’agit du don du sang.

Vous en avez sûrement déjà entendu parler, que ce soit via des affiches ou des pubs à la télé, ou même dans vos facs grâce aux bus de dons qui circulent un peu partout pour à la fois sensibiliser et inciter au don.

Dans ma famille, c’est quelque chose d’assez ancré et d’assez important, ce qui fait que j’avais déjà envie de donner dès que j’ai eu 18 ans ; ça fait donc 3 ans et quelques que je peux donner.

D’ailleurs, avant d’expliquer plus en détails et de (j’espère) dédramatiser le don du sang pour vous, on va parler des critères nécessaires pour donner ou non son sang.

Pour pouvoir donner son sang, il faut peser plus de 50kg, ne pas souffrir d’un manque de fer ou d’une anémie, avoir entre 18 et 70 ans, ne pas être enceinte ni avoir accouché dans les six derniers mois, n’avoir pas reçu de don d’organe ou de perfusion de sang, ne pas avoir eu de fièvre ou d’infection dans les deux dernières semaines, de pas avoir eu de soin dentaire 24 heures avant (de toutes façons le dentiste c’est nul), ne pas avoir subi d’opération ou d’endoscopie 4 mois avant, ne pas avoir réalisé de piercing ou de tatouage 4 mois avant, ne pas avoir de douleurs cardiaques après l’effort, ne pas avoir eu plus d’un partenaire sexuel dans les 4 derniers mois, ne pas avoir pris de drogue en intraveineuse (la drogue c’est mal).

En gros, si tu es globalement en bonne forme, que tu n’as pas eu de piercing ou de tatouage récemment, que tu mènes une vie à peu près saine avec des rapports sexuels protégés et sans excès de type drogue, tu es sûrement éligible pour donner ton sang. Et ça c’est cool.

Du coup, pour vous expliquer comment ça se passe :

Tu arrives soit sur rendez-vous soit à l’improviste dans ton EFS (Etablissement Français du Sang) le plus proche de chez toi, tu donnes ton nom, ton prénom, date et lieu de naissance à l’accueil pour être enregistrée, et si c’est ton premier don un fichier de donneur sera créé pour que tu puisses donner dans n’importe quel centre en France.

Ensuite, tu patientes en buvant max d’eau et en mangeant des p’tits gâteaux sucrés, histoire de te booster un peu et de donner un sang de qualité supérieure, tout en remplissant un formulaire plein de questions pour savoir si oui ou non, tu es éligible à ce don, suivant les critères que j’ai listés plus haut.

Tu passes ensuite un petit entretien avec un médecin ou un infirmier qui va lire ton formulaire, te demander quelques précisions et répondre à tes questions. Il va également vérifier ton taux de fer dans le sang en te faisant une mini piqûre sur le bout d’un doigt : ça va quasiment pas mal, et pourtant je suis chochotte. Il prendra également ta tension, car si elle est trop basse tu peux ne pas être capable de donner, et il calculera ensuite en fonction de tout ça et de ton poids le volume de sang que tu peux donner.

Après ça, tu passes au prélèvement ! (wouhouuuu)

C’est la partie la moins drôle mais c’est vraiment surmontable, promis.

Tu es installée par un infirmier et ça peut commencer : tout se déroule exactement comme n’importe quelle prise de sang banale, sauf que celle-ci dure 8 à 10 minutes au lieu d’une seule. A part la durée qui change, la « douleur » de la piqûre est la même. D’après moi, il faut juste ne pas regarder l’aiguille ou la poche se remplir à côté et s’occuper à faire autre chose, regarder Netflix sur ton téléphone, lire, discuter avec les potes qui t’accompagnent… Au bout de ces 10 petites minutes, la poche est remplie, on t’enlève l’aiguille, on te met un joli petit pansement, tu prends le temps de te relever tranquillement pour éviter les vertiges et autres malaises qui peuvent arriver après le don si tu t’actives trop d’un coup, puis arrive enfin le moment tant attendu….

Le goûter !

Eh oui, c’est l’heure de reconstituer tout ce sang que tu viens de donner en buvant pleins de trucs et en mangeant beaucoup, pour éviter le malaise et pour contrer le coup de barre post-don qui arrivera immanquablement. C’est le moment cool, où tu peux manger autant que tu veux et te reposer un peu avant de reprendre ta journée (pas trop vite non plus la journée, faut se reposer).

Je vous conseille franchement de vous pencher sur le don du sang si vous ne l’avez pas encore fait, les stocks ne sont pas super fournis en ce moment, c’est quelque chose qui prend max 2 heures de votre vie et peut soit en sauver une tout court soit aider à le faire.

Je vous laisse l’adresse du site de l’EFS avec toutes les infos utiles et pratiques et même un petit questionnaire pour déterminer si oui ou non vous êtes éligible au don du sang.

https://dondesang.efs.sante.fr/

A bientôt sur le blog,

Eva.

Publicités

0 comments on “LE DON DU SANG (cékoi)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :